La commission 'Poids des Cartables au collège André Maurois

La commission 'Poids des Cartables au collège André Maurois

 
Une Commission Poids des Cartables a été créée courant 2013, au collège A. Maurois, à l’initiative des parents d'élèves de la PEEP.


Nous avons œuvré avec les professeurs et l’administration pour la préservation des dos fragiles de vos enfants !

----------------------------------------------

En 2014, grâce au dialogue et sous l'impulsion de la nouvelle Principale du Collège, ces débats ont été intégrés à la Commission d'Education à la Santé et à la Citoyenneté (CESC) et les listes de fournitures scolaires ont été modifiées dans ce sens ! C'est une grande avancée et nous remercions vivement les enseignants et l'équipe administrative qui ont prêté une oreille attentive à nos idées et relayé notre message ou simplement réfléchi à la question. Mais on peut faire bien mieux encore.

----------------------------------------------

Il est difficile d'avancer rapidement puisque nous dépendons d'une part de la sensibilité de chacun au sujet mais surtout, pour l'essentiel :

- du développement de l'Environnement Numérique (avec ou sans Tableau Numérique Interactif (TNI) ou tablettes électroniques),

- des produits proposés par les éditeurs et des fabriquants de matériel scolaire, pour les fournitures comme pour les manuels.

Mais nous oeuvrons à pousser dans le bon sens, à faire émerger les meilleures idées, toutes n'étant pas transposables d'une matière à l'autre (une langue ne s'enseigne pas comme les mathématiques ou la musique), d'un niveau à l'autre (gestion de l'autonomie et organisation personnelle), d'une salle de cours à une autre (pas d'armoire, pas de place).

Si vous avez des idées, une piste à explorer ou des contacts permettant des initiatives ou si vous voulez seulement vous informer sur le sujet, rejoignez-nous !

----------------------------------------------

 
En attendant la suite des débats, depuis la rentrée 2014, la PEEP vous propose aujourd’hui une action simple pour réduire le poids du cartable de votre enfant, en achetant ECONOMIQUE  et ECOLOGIQUE.
 

Un cahier de 48 pages (au format 24*32) au lieu de 96 pages en petits et grands carreaux pour réduire son poids. 

----------------------------------------------


Vous pouvez découvrir “ICI ” les avancées de cette Commission, ses idées et propositions , et ci dessous la synthèse et les idées suite à la réunion du 15 février 2013

 

Préambule et contexte :

 

Le poids du cartable de nos enfants est trop important, constatent les parents, ce que confirment les circulaires et communications du Ministère de l'Education. En effet, le port quotidien d'une charge de 7 à 10kg, pour des enfants en pleine croissance, est un problème de santé nationale.

 

Comprenant que les besoins en matériel sont très variables d'une matière enseignée à une autre, d'un niveau à l'autre et dépendent aussi du professeur et des moyens mis à leur disposition, les parents délégués de la PEEP ont élaboré un questionnaire, destiné aux professeurs, afin de mieux appréhender les besoins et impératifs. Ce questionnaire avait fait l'objet d'un première réunion avec le Proviseur Adjoint du collège, Mr Mignon, où avaient été évoqués les moyens techniques et l'organisation générale du collège (sur lesquels nous reviendrons plus bas).

 

Le but est d'ouvrir le débat, de faire émerger les meilleures idées, sensibiliser l'ensemble des parties concernées (administration et encadrement, enseignants et parents) et enfin, valoriser les initiatives individuelles existantes.

 

Cette première réunion doit donc permettre d'amorcer ce mouvement de réflexion que nous espérons bientôt nourri de l'opinion des lecteurs de la présente.

 

Notez que cette synthèse se veut compte rendu mais aussi document de travail et se voit donc complété d'informations et de réponses non évoquées pendant la réunion.

 

Question en ouverture de la réunion, de Mr Caul Futy : "existe-t-il des études ou des préconisations officielles ?

 

Certains parlent du tiers du poids de l'enfant comme référence, d'autres rappellent que les disparités en termes de poids et de taille des enfants sont très importantes dans les 4 années couvertes par l'enseignement du collège.

 

En réalité, les seules études existantes (dont les références sont données en fin de compte rendu) sont :

- basées sur les pesées effectuées par les parents (dans l'établissement sans avoir prévenu les enfants, ou par initiative individuelle). Le résultat est un poids moyen d'environ 7,5kg ici, ou 27 à 36% du poids de l'enfant ailleurs (entre 7 et 10kg pour le collège Maurois au 6ème et en 3ème).

- une étude d'UFC-Que Choisir de 2005 évoque entre 20 et 27% du poids de l'enfant (tendance à la baise de la 6ème vers la 3ème. )

- le Ministère de l'Education Nationale évoque dans un Communiqué aux Etablissements dans un Bulletin Officiel de janvier 2008 (BO. n° 2008-002 du 11-1-2008) : "Au vu des pesées réalisées en ce début d’année scolaire, le poids moyen d’un cartable est encore de 8,5 kilos, ce qui correspond à environ 20 % du poids de l’enfant."

 

Quand aux préconisations, nous ne pouvons que citer l'Education Nationale, le Ministère de la Santé étant étrangement absent du débat :

 

  • une Circulaire de Ségolène Royal (Chargée Enseignement) du 25 août 1997 qui préconise 4kg pour un enfant de 6ème soit < 10% de son poids.
  • les Circulaires toujours valables à ce jour, qui préconisent aussi des actions de réduction vers un poids de cartable inférieur à 10% du poids moyen de l'enfant.

 

C'est donc le chiffre que nous retiendrons vers lequel tendra notre objectif.

 

Premières idées :

 

Les manuels scolaires sont trop complets : la physique et la chimie sont encore rassemblées dans le même ouvrage, comme l'Histoire, la Géographie et l'Education Civique, et on peut légitimement affirmer qu'il est foncièrement inutile de promener tous les sujets du premier au dernier jour de l'année scolaire.

 

Idée :

Les Fédérations de parents devraient faire du lobbying auprès des éditeurs pour diviser les manuels en chapitres ou sections (ce qui éviterait sans doute aussi des changements de manuels aussi fréquents, en cas d'évolution des programmes).

 

Les Manuels devraient être disponibles en double, un jeu pour l'école et un jeu pour la maison.

Il existe bien des livres supplémentaires disponibles au Centre de Documentation et au Foyer, mais certaines matières n'ont aucun exemplaire d'avance quand d'autres ont 30  exemplaires en plus.

Problème : les budgets alloués ne permettent déjà pas d'acheter les lots de manuels avec les programmes à jour, alors, de là à doubler les achats…

Notons ici que le poids d'un manuel grand format est de 990g, quand celui d'un manuel petit format n'est que de 700g, pour un prix identique. Il convient donc de faire attention à la version achetée dans les renouvellements par l'administration (les parents suggèrent aussi que les petits formats s'abiment moins car ils dépassent moins de l'ensemble des formats de cahiers mis dans le cartable).

Posent-ils un problème de confort de lecture ? Il faut vérifier.

Idées :

- Choisir, au moment de l'achat, les manuels avec version électronique, que les élèves conserveraient chez eux pour référence, quand les manuels resteraient au collège.

- Choisir les manuels en version petit format., pour un poids réduit et un prix identique.

- Se renseigner quand aux tablettes numériques promises par le Conseil Général, ainsi que sur les liseuses et leurs formats, coûts…

 

Le cartable à roulettes évite le port sur le dos de la charge.

Malheureusement, ces cartables sont un enfer sonore, dans la cour comme dans les couloirs. En outre, ils ne sont pas plébiscités par les plus grands… Enfin, leur poids et leur encombrement sont notables et les-crocs-en-jambes fréquents avec ces cartables.

 

Réduire le nombre de pages des cahiers (passer de 96 à 48 pages), ou utiliser le même cahier pour les cours et les exercices (divisés en deux). La deuxième solution peut être une idée qui séduit certains professeurs pour éviter les oublis.

Idées :

- Les parents PEEP proposent une centrale d'achat de cahiers, pour obtenir à prix avantageux les cahiers de 48 pages, quasi-inexistants dans la grande distribution. Il faudrait pour cela arriver à composer une liste quantitative des besoins, que l'administration pourrait recenser automatiquement quand les professeurs établiront leur liste de fournitures en mai, pour être prêts en juin avant la fin des cours et pouvoir informer les parents.

- Le lobbying auprès des fabricants et de la grande distribution est l'autre solution en cas d'échec.

 

Les professeurs se voient parfois attribuer une salle fixe, et pourraient bénéficier d'une armoire dédiée dans ces salles, afin d'y conserver les manuels.

Cette solution n'est pas valable pour tous les enseignants car par souci d'équité, ces salles fixes "tournent". En outre, cela prive l'enfant de son manuel chez lui, ce qui peut poser d'autres problèmes. A envisager au cas par cas.

Pour conserver les manuels dans la journée, il faudrait que les casiers soient étanches et disponibles pour tous; il faudrait pour cela qu'ils soient tous à l'abri de la pluie. Notons que les externes n'ont pas de casier attribué. Notons aussi que malgré les efforts du personnel chargé de l'entretien, les dégradations par les élèves et les jeux avec les cadenas n'aident pas à maintenir cet objectif.

Les heures de cours consécutives sont évoquées pour diminuer la variété des matières par jour. Elles ne sont pas souhaitables en général, pour mieux séquencer le travail et rythmer le travail personnel. Il est souhaité par tous une séquence de 2 heures par semaine consécutives en français et en mathématiques, ce qui est réalisé chaque fois que possible au moment de l'élaboration de l'emploi du temps en début d'année.

 

Il est enfin évoqué une question intéressante concernant la maturité des élèves de 6ème sur la gestion de l'organisation en feuilles volantes ou en cahiers. Il est constaté que les élèves de CM2 sont en réalité très bien préparés par les enseignants de primaire à gérer des feuilles volantes, transportées dans des pochettes multi-matières, qu'ils doivent organiser en classeurs chez eux et/ou en classe.

Il est donc dommage de constater que, pour leur faciliter la gestion et éviter pertes et désorganisation, les enseignants obligent les élèves de 6ème à reprendre l'usage des cahiers, pour abandonner de nouveau ce concept dans les classes supérieures.

 

Idée :

Communiquer spécialement sur ce thème lors des réunions régulières entre Dirigeants des Etablissements d'Epinay-Longjumeau, pour éviter cette lacune, qui empêche la réduction du poids transporté (qui passerait donc de plusieurs cahiers à quelques feuilles).

 

D'autres réunions sur ce thème seront organisées, les parents délégués restent donc à votre disposition pour répondre à vos interrogations et recueillir vos avis.

 

Les enseignants présents à la première réunion projettent de discuter de cette réunion avec leurs collègues et nourrir le débat de leurs réflexions individuelles. Le questionnaire sera de nouveau évoqué et pourra faire l'objet d'une proposition de révision de leur part, si nécessaire.